Main menu

Privilégier une approche croisant les réseaux classiques et les réseaux informels numériques (REUSSI)

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes

Les réseaux sociaux déjà constitués avant l’ère Internet sont principalement le mouvement associatif (plus d’un million d’associations en France). Interroger d’abord ce milieu pour voir en quoi Internet a pu développer l’esprit réseau associatif et ou comment Internet a pu contribuer à amplifier l’esprit de solidarité et de codéveloppement auprès des structures existantes? Lors de cette ample investigation, on pourrait constater que la priorité des efforts en vue de répondre à la question posée serait d’accompagner, d’aider cette masse hétérogène par leurs objets (sportif, culturel, entraide, cultuel, politique…) et riche par les mises en relation entre pairs.

Les réseaux sociaux ‘Internet » peuvent bien entendu s’affranchir d’une personnalité morale (au sens juridique) et c’est ce qui fait leur succès de par l’ampleur de certaines pages « Facebook ». C’est là que l’on peut constater des réseau dits de « fans » (publics captifs), les réseaux dits « réactifs » (souvent politique et de consumérisme). Pour de vrais projets sociétaux structurants, collaboratifs, co constructifs le croisement des réseaux classiques (association loi 1901) et les réseaux informels numériques (les dits « réseaux sociaux ») est une approche, me semble t’il, à privilégier dans la démarche du CESE pour que la réponse soit efficace et pertinente.

Corollaire : une association classique dont l’énergie est déjà captée par sa propre organisation et régulée par le temps non compressible du bénévolat a t’elle puisé (à défaut d’être épuisée…) suffisamment vers l’option numérique ? Même si l’on pense que la réponse est positive, cela mérite, à mon avis, de s’y pencher avec plus d’acuité… Réseaux modernes, réseaux classiques, réseaux d’énergies fantastiques… Analyse de l’existant (associatif + réseaux sociaux).

REUSSI (Recherche et Evaluation des Usages dans la Société du Savoir et de l’Information)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FacebookTwitterRSS